L'Interview Quadia

déc. 2016 Recruter

En quoi le choix de recruter des jeunes professionnel est-il intéressant ? Comment recruter des jeunes talents ayant des compétences dans le développement durable et le Private Equity ? Quels conseils pour attirer des jeunes talents face aux grands groupes de renommée internationale ? Guillaume Taylor, Co-founder et Managing Partner de Quadia, a répondu aux questions d'Academic Work

Bild

Pourriez-vous nous présenter l’activité de votre équipe?

Quadia est une société d’investissement opérant dans le Private Equity, spécialisée dans la finance sociale et environnementale. Depuis plusieurs années nous observons un changement de paradigme dans la façon de sourcer les matières premières, de manufacturer et de distribuer les produits et les services. Ce changement est lié à des contraintes mais également à des opportunités liées aux enjeux sociaux et environnementaux. Notre objectif est de maximiser l’impact positif des sociétés dans lesquelles nous investissons. A titre d’exemple, nous avons investi dans La Ruche Qui Dit Oui!, une plateforme internet active dans la vente en circuit court de produit agricole et qui permet de mettre en relation les consommateurs et les producteurs locaux. La croissance d’une telle plateforme doit, à nos yeux, être profondément liée à l’impact positif qu’elle a sur l’ensemble de ses parties prenantes . C’est cette vision commune qui a amené La Ruche à faire appel à notre financement.

A quels challenges devez-vous faire face ?

Quadia gère actuellement environ CHF 150m d’actifs et compte 10 collaborateurs en Suisse, UK et Luxembourg. Nous avons dû attirer les meilleures compétences du Private Equity et du développement durable, 2 univers culturellement très différents. Surtout, nous voulions que nos collaborateurs partagent une vision commune forte. D’un point de vue humain c’est donc un vrai challenge. D’autant plus que nous sommes une petite structure et que nos employés sont amenés à être multitâches.

Comment Academic Work a pu vous aider ?

Nous n’avions jamais recruté sur annonce, encore moins par une agence de placement. Nous sommes avant tout à la recherche de personnalités, qui aient la fibre pour la finance sociale et environnementale. La spécialisation d’Academic Work sur le créneau des jeunes professionnels m’a paru intéressante. Sans faire de généralités, il me semble que la jeune génération est particulièrement sensible aux enjeux liés au développement durable.

Comment s’est passée la mise en place ?

Dans un premier temps nous sommes partis sur un contrat temporaire à temps partiel pour répondre à nos besoins immédiats de l’époque. Notre interlocuteur chez Academic Work a rapidement compris l’état d’esprit que nous recherchions. Il nous a présenté 2 candidats dont Sandrine qui nous a rejoint quelques semaines plus tard.

Quels résultats avez-vous pu observer ?

L’intégration de Sandrine s’est très bien passée. Son attitude humble et sa curiosité ont été très appréciées par l’équipe. Ses résultats sont excellents, et ainsi nous lui avons fait une proposition à la fin de son contrat temporaire pour qu’elle nous rejoigne en tant que ma députée.

Avez-vous des conseils/best practices à partager avec d’autres managers qui seraient confrontés aux mêmes problématiques que vous ?

Je m’adresse ici particulièrement aux managers de petites structures : cela peut parfois être un vrai challenge d’attirer des jeunes talents face à des grands groupes à la renommée internationale. Mon conseil est de faire le pari de la transparence et de la confiance avec les jeunes générations. Je m’efforce de déléguer un maximum, quitte à ce que des erreurs soient commises puis réparées. C’est le plus grand service que vous pouvez rendre à vos jeunes collaborateurs et c’est également ce qui rendra leur travail passionnant.

Tip a friend