Manager

Et si vous vous faisiez former par un junior? Mentorat inversé, mode d'emploi.

Temps de lecture: 4 mins. Par Marine.

Dans son livre HEDGE - a greater safety net for the entrepreneurial age, Nicolas Colin met le doigt sur ce qu'il considère être un nouveau contrat social pour notre société: le contexte économique et social dans lequel nous évoluons depuis quelques années obligerait les entreprises à se réinventer constamment pour rester compétitives, et les salariés à s'adapter aux nouvelles compétences que ces entreprises recherchent. Déjà, dans notre article sur les compétences du futur, nous faisions état de l'obsolescence beaucoup plus rapide de nos compétences et de la nécessité d'en acquérir de nouvelles. Nous avons de nouveau affirmé cette conviction lors de la rédaction de notre livre blanc sur ce que nous imaginons très bien être l'équipe de demain: agile, diverse, réactive... en un mot: hybride.

L'équipe de demain, elle ressemble à quoi? Notre réponse ici.

Dans ce contexte, la question du comment acquérir ces nouvelles compétences se pose, et dans de nombreux domaines, il est possible que les managers se sentent quelque peu déstabilisés face à ces nouveaux challenges. Cependant, il existe de nombreuses solutions pour maintenir à flot ses propres compétences et celles de ses collaborateurs: formation continue, certifications, partage de connaissances entre collègues... Parmi toutes ces méthodes, nous nous sommes intéressés plus particulièrement à celle du mentorat inversé.

...Le quoi? On vous explique 🤓

"Compter sur les entreprises pour sécuriser les individus était possible dans une économie fordiste où celles-ci étaient résilientes. Mais cette résilience n’existe plus dans l’univers instable de l’âge entrepreneurial, avec des entreprises fragiles qui ont peu d’employés et travaillent en réseau, ou bien des géants aux pieds d’argile qui peuvent s’effondrer d’un seul coup. Il faut donc redéployer la focale autour de l’individu, qui lui aussi est de plus en plus connecté en réseau."

Nicolas Colin, dans un entretien pour Le Monde.

Le mentorat inversé, qu'est-ce que c'est?

Lorsque Jack Welch, ancien CEO de General Electric, a eu l'idée en 1999 d'assigner un mentor à 500 de ses collaborateurs peu à l'aise avec l'utilisation d'Internet, il était loin d'imaginer qu'il mettait le doigt sur le concept de mentorat inversé. Son postulat de base était simple: nombre de ses collègues avait une grande expérience de leur fonction et une place stratégique dans l'entreprise. Cependant, leurs habitudes et leurs façons d'utiliser les outils numériques n'étaient plus du tout en phase avec les avancées de ces derniers. Nouveaux logiciels, évolution d'Internet, méthodes de travail différentes... ils étaient dépassés. Ceux qui arrivaient très bien à utiliser ces outils à l'inverse, étaient les jeunes professionnels arrivant fraîchement de l'université.

En partant de ces observations, Jack Welch a décidé de créer des duos senior/junior pour que ces derniers montrent aux premiers comment ils utilisaient les outils numériques. Puisqu'ils passaient la journée ensemble, les juniors pouvaient, eux, en apprendre davantage sur l'entreprise et les manières de travailler de ces profils senior évoluant à des postes stratégiques.

20 ans plus tard, 2019: le mentorat inversé est enseigné dans les écoles de commerce et utilisé dans de nombreuses entreprises. Citons entre autres HP, Procter & Gamble, Axa, Engie ou encore Danone.

Vous le pratiquez peut-être déjà...

Vous êtes-vous déjà demandé si vous pratiquiez déjà et sans vous en rendre compte, le mentorat inversé? Il se pourrait bien que oui, sur des petites durées ou des mini projets. Par exemple, lorsqu'un de vos jeunes collègues vous aide à maîtriser un nouveau langage informatique, découvrir une nouvelle fonctionnalité d'un logiciel, une fonction de Facebook Ads... Ces moments informels peuvent s'avérer très utiles et rentrent directement dans la notion d'agilité au travail.

Le mentorat inversé englobe ces brefs "coups de pouce" et s'inscrit dans une démarche assumée de la part du management d'assigner un mentor junior à un mentoré senior, avec un sujet de mentorat connu et des séances prévues à l'avance.

Contrairement à ce que l'on pourrait penser en lisant les premières lignes de cet article, il est important de souligner que cette relation de travail n'est pas à sens unique. Le senior apprend énormément du junior, généralement quelque chose de technique et neuf; mais le junior apprend également beaucoup lui aussi, de l'expérience et des réflexes business de son aîné. C'est en l'occurrence pour le plus expérimenté des deux l'occasion de diffuser la culture de l'entreprise dans laquelle ils travaillent.

N'hésitez donc pas à mettre en place une relation de mentorat inversé pour:

reverse mentoring © Helloquence

Ses avantages

Pour le mentoré

Pour le mentoré, le reverse mentoring possède deux avantages majeurs. Le premier est d'acquérir de nouvelles compétences techniques et de pouvoir les utiliser tout de suite au sein de son travail, avec un mentor régulièrement disponible pour l'aider. Le fait que ces deux personnes appartiennent à la même entreprise permettra pour le mentoré et s'il en ressent le besoin de faire appel à son mentor et de développer avec lui une relation sur le long terme. Le deuxième avantage est justement l'enrichissement de son réseau au sein de l'entreprise. En effet, il est normal lorsque l'on travaille depuis quelques temps dans une entreprise, d'acquérir des habitudes et de fréquenter les mêmes personnes. Le mentorat inversé envoie tout valser et permet au mentoré de rencontrer quelqu'un de la génération Millennial, avec sans doute d'autres compétences techniques et émotionnelles que lui.

Pour le mentor

Pour le mentor, c'est l'exact opposé qui se produit. Possédant déjà les compétences techniques, il pourra lui travailler sur ses compétences pédagogiques. Il n'est pas rare d'ailleurs qu'avant de commencer, il reçoive une mini formation afin d'apprendre comment transmettre ses connaissances. Comme pour le mentoré, participer à ce partenariat lui permet de découvrir l'entreprise à travers les yeux d'une autre personne, et ici en l'occurrence d'un cadre expérimenté qui pourra lui transmettre des bonnes pratiques ou des savoir-être informels et propres à leur entreprise. Enfin, sortir de son équipe et travailler aux côtés de la génération X sera bénéfique pour ses prochains projets. Et cela tombe bien, car lors de notre enquête auprès des jeunes professionnels (le Young Professional Attraction Index), nous avons noté que 77% des jeunes professionnels suisses romands privilégiaient une équipe composée d'un mélange de générations au profit d'équipes uniquement composées de Millennials.

Assister à la conférence de présentation des résultats du YPAI 2019!

Pour l'entreprise

Pour l'entreprise, les avantages du reverse mentoring sont divers et non négligeables sur le long terme. Entre autres, le reverse mentoring permet de:

  1. Permettre le dialogue entre les collaborateurs: certaines connexions se font naturellement, car deux personnes appartenant à la même équipe ou ayant des affinités, des habitudes communes, n'auront aucun mal à engager la conversation. Cependant, n'est-il pas intéressant de préserver le goût de la curiosité et de l'ouverture au sein d'une entreprise, notamment pour favoriser la sérendipité (don de faire des trouvailles)? La pratique du mentorat inversé permet de bousculer les manières de travailler de deux collaborateurs et peut-être leur permettre de se (re)découvrir dans l'entreprise.
  2. Faire évoluer ses cadres dirigeants au rythme des nouvelles technologies: les nouvelles technologies évoluant très rapidement, il n'est pas inintéressant de considérer le mentorat inversé avec les personnes décisionnaires de l'entreprise. Puisque celles-ci ont une vision d'ensemble sur l'activité et la stratégie de la firme, rester à flot niveau technologies numériques (surtout si celles-ci font partie intégrante de la dite activité) est essentiel. Le reverse mentoring permet de le faire, sans pour autant faire perdre beaucoup de temps à vos collaborateurs.
  3. Permettre à deux personnes très différentes d'évoluer rapidement: l'essence même du mentorat inversé est l'échange de connaissances. Les deux protagonistes travaillant tous les deux au même endroit, cette collaboration peut se mettre en place rapidement et les rencontres peuvent se faire fréquemment. Le gain de compétences est immédiat, tout de suite applicable, et renouvelable à volonté. Que demander de plus?
  4. Minimiser les coûts de formation: pourquoi engager un formateur externe si les ressources en interne sont disponibles en échange d'un minimum d'organisation? Non seulement le reverse mentoring vous permet d'utiliser le potentiel de tous vos collaborateurs et de le mettre en avant, il vous fait également économiser des coûts non négligeables de formation.
  5. Porter cet aspect collaboratif au sein de votre culture d'entreprise: si l'expérience se révèle bénéfique pour les deux parties et qu'elle se répète, il vous est tout à fait possible d'intégrer cette pratique dans votre culture d'entreprise. Utiliser la connaissance en interne, stimuler les échanges hors silos, prioriser l'agilité... et surtout créer des ponts entre les générations tout en décloisonnant les départements!

Reverse mentoring Academic Work © Hivan Arvizu

Comment le mettre en place

Comme nous l'avons vu précédemment, le mentorat inversé est indéniablement bénéfique pour le mentor et le mentoré, ainsi que pour l'entreprise au sens large. Pour mettre en place un process de reverse mentoring efficace, il est nécessaire de respecter quelques étapes clés:

Conclusion

Le marché du travail change et l'arrivée des nouvelles technologies fait évoluer les manières de penser l'équipe et de travailler. Chez Academic Work, nous pensons que l'actualisation de nos connaissances/compétences et le partage de nos expériences sont de réels facteurs de réussite, et que le reverse mentoring permet d'y accéder, tout en limitant les coûts pour l'entreprise. Cette méthode reconnue et utilisée depuis plus de 20 ans par les plus grandes firmes est sûre, peu coûteuse et efficiente. Elle vous permettra de mettre en avant et de parier sur le potentiel de vos collaborateurs, tout en le renforçant.

Bonne implémentation 😃

Nouveaux challenges pour les managers: téléchargez notre rapport
Partager l'article